Atalian s’implante aux US

Le groupe Atalian poursuit son développement à l’international avec l’acquisition de la société américaine Temco-Euroclean. Dans le même temps, le groupe détenu par la famille Julien annonce le placement d’une émission obligataire de 150 millions d’€ destinée à financer les prochaines opérations de croissance tant en France qu’à l’étranger.

Pourquoi viser le marché US ?

Avec l’acquisition de Temco-Euroclean, société spécialisée en propreté et services associés qui a généré un chiffre d’affaires de 375,5 millions d’€ en 2015, le groupe Atalian veut renforcer son développement à l’international mais pas seulement… «Le marché américain de la propreté et du facility management est estimé à 53 milliards de $ en 2015 et devrait atteindre 68 milliards d’ici 2019…et présente un potentiel de 100 milliards environ. En France, le marché représente 13 milliards d’€ et son potentiel ne dépasserait pas les 15 milliards ! » analyse Franck Julien, Président d’Atalian Holding. Si on ajoute à cette analyse un taux de marge aux Etats-Unis supérieur d’un point à celui de la France…  on comprend l’appétence du groupe pour se positionner outre-Atlantique.  Mais le rachat de Temco-Euroclean, présent dans 12 états*, permet aussi de conforter les positions d’Atalian en Europe puisque cette société est également implantée en Angleterre, aux Pays Bas, en Belgique et au Luxembourg.

Enfin, selon Franck Julien, l’implantation aux Etats Unis permet de se rapprocher des centres de décision et apporte également des synergies avec l’Asie…

Vers de nouvelles opérations de croissance externe

Après une année 2015 marquée par 4 nouvelles implantations et pas moins de 12 acquisitions, Atalian n’entend pas s’arrêter en si bon chemin sur la voie de la croissance externe… C’est d’ailleurs pour mener à bien sa stratégie de développement que le groupe a placé une émission obligataire de 150 millions d’euros à échéance 2020. Aujourd’hui, Atalian réalise 18 % de son chiffre d’affaires (hors City One) à l’international, avec une augmentation de 51 % en 2015.  Pour Matthieu de Baynast, Président d’Atalian International, l’objectif est clair : «D’ici 3 ans, nous souhaitons que l’international représente 50 % du chiffre d’affaires du groupe, à raison de 3 nouveaux pays par an.» Ces objectifs de croissance externe concernent tous les métiers actuellement exercés par Atalian et, à la marge, le groupe ne s’interdit pas de regarder des opportunités porteuses de valeur ajoutée, à l’image de l’acquisition d’Energelis spécialisé dans la performance énergétique.

Quelle stratégie ?

Dans sa stratégie de croissance externe, Franck Julien souhaite se concentrer sur les segments de l’industrie, de la santé et de l’éducation pendant 3 ans avant d’envisager une diversification vers la maintenance. Selon le président d’Atalian, les opportunités sont nombreuses et des cibles sont d’ores et déjà identifiées, notamment aux US. En France, la croissance externe pourrait cibler des entreprises fragilisées par la crise, notamment dans le domaine du nettoyage. Dans sa stratégie, le groupe a également annoncé la création d’un pôle innovation qui travaille sur les objets connectés ou le smart building. Constituée d’une équipe de 7 ingénieurs, cette direction vient en appui des opérationnels pour leur apporter des solutions innovantes.

Objectif : 3 milliards

En 2015, le groupe Atalian a réalisé un chiffre d’affaires d’1,33 milliard d’euros (EBITDA = 89,6 millions d’€) et se fixe l’ambitieux objectif de 2,5 à 3 milliards d’euros d’ici 3 ans. La propreté et les services associés représentent aujourd'hui  51,6 % du CA tandis que le multitechnique/multiservices ne représente que 13,9 %. Avec la création d’une direction Corporate centrale, Atalian cherche désormais à se positionner sur les marchés full FM Grands Comptes pour mieux capter cette demande. C’est ainsi que le groupe a signé un contrat de full FM avec Areva pour un montant de 30 millions d’€.

*Connecticut, Géorgie, Maryland, Massachusetts, Minnesota, New Jersey, New York, Caroline du Nord, Ohio, Pennsylvanie, Tennessee et Texas.


Mots clés: